L'éditeur Vox explique pourquoi il n'y a pas de chapitre consacré à Facebook ou Twitter dans son nouveau livre sur la façon dont les États-Unis sont plus divisés que jamais.